Quel âge pour mettre en viager ?

À l’heure actuelle, le viager ne représente que 1 % des transactions immobilières enregistrées en France. Certes, vendre en viager offre de nombreux avantages pour le vendeur et pour l’acheteur. Néanmoins, ce type de transaction n’est intéressant que sous certaines conditions. L’âge du crédirentier est un facteur clé pour déterminer l’intérêt d’un viager.

Que dit la législation sur l’âge pour vendre en viager ?

Quel âge pour mettre en viager ? Jusqu’à maintenant, aucune loi ne fixe l’âge limite pour vendre en viager. Cela signifie que vous pouvez mettre en viager votre bien immobilier à tout moment. Toutefois, si votre espérance de vie est trop importante, les acheteurs ne se risqueront pas à acheter votre bien.

Le viager traditionnel n’est intéressant pour l’acquéreur que si le coût total de la transaction lui revient moins cher que lors d’une transaction classique.

Généralement, le viager est plutôt une vente proposée par des personnes retraitées qui y trouvent un moyen d’augmenter leur pouvoir d’achat.

Pour quelles raisons mettre son bien en viager traditionnel ?

Le fait de mettre en viager un bien immobilier vous apporte de nombreux avantages :

  • Vous bénéficiez d’une rente viagère à vie ;
  • Vous recevez un bouquet à la signature de l’acte de vente ;
  • Vous gardez vos habitudes de vie en habitant le logement à vie.

Cependant, notez que ces avantages dépendent des termes du contrat de vente. En effet, les deux parties peuvent s’accorder à ce que la vente ne comprenne pas le versement d’un bouquet. De plus, pour un viager libre, le vendeur n’a pas le droit d’usage et d’habitation du bien immobilier.

Vous devez donc vous assurer que le type de viager choisi correspond à vos attentes et à vos besoins.

À quel âge est-il recommandé de mettre en viager ?

La vente en viager correspond plus aux personnes âgées. Ainsi, quel est l’âge idéal pour un viager ? Les professionnels de ce type de transaction s’accordent à recommander le viager à partir de 65 ans. Les acheteurs sont en effet plus enclins à acheter en viager aux vendeurs ayant plus de 65 ans.

Acheter auprès d’une plus jeune personne engendre un allongement de la durée du paiement de la rente.

Cependant, certains seniors hésitent à mettre en viager leurs biens immobiliers dès 65 ans. Beaucoup préfèrent attendre d’être un peu plus âgés. Attention tout de même à ne pas attendre trop longtemps. L’âge maximum pour vendre en viager peut être fixé à 85 ans. Le risque étant que plus l’espérance de vie est courte, plus la rente à payer est élevée. Or, une rente trop importante est souvent rédhibitoire pour les acheteurs qui achètent en viager.

Quel impact de l'âge sur la transaction ?

L’espérance de vie du crédirentier influence la valeur de la rente viagère. Le calcul de la rente viagère tient en effet compte de l’espérance de vie du vendeur et du prix de vente.

Un vendeur avec 5 ans d’espérance de vie, soit 60 mois, vend en viager son bien d’une valeur de 150 000 €. S’il n’y a pas de bouquet, l’acheteur lui doit normalement une rente mensuelle équivalente à 150 000 / 60 = 2500 €.

Plus l’espérance de vie est courte, plus la valeur de la rente est élevée. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’estimation du prix d’un viager prend en considération l’espérance de vie déterminée par l’Insee.

Quel impact de l'âge sur la fiscalité ?

Les rentes versées au vendeur en viager bénéficient d’un abattement fiscal. Le taux de cet abattement est dépendant de l’âge du crédirentier :

  • 70 % pour les vendeurs de 70 ans et plus.
  • 60 % pour les vendeurs entre 60 et 69 ans.
  • 50 % pour les vendeurs entre 50 et 59 ans.
  • 30 % pour les moins de 50 ans.